Babbel – J’ai testé pour vous : Apprendre une langue en 15 jours

Applications pour apprendre une langue :

Par Mark Andress, Marlene Givant Star et Deb Balshem La demande des personnes en détention qui cherchent à acquérir une nouvelle compétence se traduit par une attention accrue de la part des sociétés de capital-risque spécialisées dans les technologies de l’éducation. Cela pourrait également entraîner un intérêt stratégique plus important plus tôt que prévu, selon plusieurs dirigeants de l’industrie. Une femme ciblée portant des écouteurs écrit des notes et regarde un webinaire en ligne avec un professeur de skype, un jeune … [+] étudiante apprenant un cours d’informatique avec une conférence d’écoute d’ordinateur portable, un interprète traduisant une classe Getty La crise des coronavirus a été une aubaine pour les entreprises pour des applications d’apprentissage des langues comme Duolingo à Pittsburgh, Busuu à Londres, Babbel à Berlin et HelloTalk à Shenzhen, en Chine, ainsi que des plateformes de tutorat linguistique en ligne comme Kiev, Preply basée en Ukraine et iTalki basée à Shanghai. Preply, une plate-forme de tutorat linguistique en ligne qui compte 10 000 tuteurs enseignant 50 langues dans 190 pays du monde, a vu l’intérêt pour les pays touchés par le virus plus tôt que d’autres, comme l’Italie, l’Espagne et l’Allemagne, selon le PDG de Preply, Kirill Bigai. . Aux États-Unis – son plus grand marché – il a vu le nombre de nouveaux clients doubler de semaine en semaine. Duolingo, dans un e-mail promotionnel du 20 mars, a déclaré que ses apprenants du monde entier « utilisaient ce temps pour pratiquer une langue ». Busuu, une plate-forme d’apprentissage des langues soutenue par McGraw-Hill Education et PROFounders Capital, a vu ses revenus tripler en Chine et en Italie, où le virus s’est installé il y a des mois, par rapport aux niveaux antérieurs au virus, faisant de la Chine son plus grand marché de revenus, a déclaré Bernhard. Niesner, PDG et co-fondateur de Busuu. « Dès qu’un verrouillage commence, les gens pensent » quelle est la prochaine langue que vous pouvez apprendre « . Il n’y a qu’une quantité limitée de Netflix NFLX que vous pouvez diffuser en une journée », a déclaré Niesner. Cet intérêt a attiré l’attention des sociétés de capital-risque investissant dans l’espace. Alors que les sociétés de capital-risque se concentrent généralement sur les sociétés de portefeuille existantes et suspendent les nouveaux investissements pendant les turbulences actuelles du marché, des secteurs comme l’éducation en ligne vont à l’encontre de cette tendance, a déclaré Bigai de Preply. Depuis la clôture d’un cycle de financement de série A de 10 millions de dollars plus tôt cette année avant la correction des marchés financiers, Preply a « été contacté par des fonds intéressés par l’éducation en ligne ou l’ed-tech », a déclaré Bigai. « Si vous me demandez si je peux collecter des fonds maintenant, oui, je pense que oui. » La pandémie sera un tournant pour l’apprentissage des langues alors que la vidéoconférence décolle, a déclaré Bigai. « Vous verrez une croissance plus élevée du marché du tutorat en ligne au cours des 12 prochains mois. Je pense que cela suscitera beaucoup d’intérêt de la part des investisseurs », a-t-il déclaré. Busuu, qui prévoyait en janvier un tour de table de 33 millions de dollars de série C pour la fin de l’année, a également constaté un intérêt accru des investisseurs à la suite de la crise mondiale de la santé publique, a déclaré Niesner à Mergermarket. Il a récemment reçu des approches de nouveaux investisseurs au sujet de cette ronde de capital de croissance prévue ainsi que de ceux qui avaient déjà contacté la société. Néanmoins, Busuu attendra jusqu’à l’été avant de se concentrer sur l’augmentation de la série C, a-t-il ajouté. Changement des habitudes d’apprentissage pour stimuler les fusions et acquisitions La pandémie a également poussé certains à changer de modèle commercial et à passer en ligne. En Chine, le plus grand marché de l’apprentissage des langues est toujours dominé par des acteurs hors ligne tels que EF Education First et Wall Street English, mais ils ont été contraints de se déplacer en ligne pendant la crise du COVID-19, en particulier sur le marché K-12, a observé Zackery Ngai, fondateur et PDG de HelloTalk, une application d’échange linguistique qui connecte les apprenants avec des locuteurs natifs dans 195 pays. L’espace d’apprentissage des langues a connu peu de consolidation à ce jour, mais le climat actuel pourrait accélérer les activités de fusions et acquisitions au cours des deux prochaines années, a déclaré Ngai. En octobre, les sociétés de capital-investissement Warburg Pincus, Hillhouse Capital et Permira auraient été parmi les soumissionnaires pour les opérations chinoises vendues par la société suisse EF Education, dans le cadre d’un accord potentiellement évalué entre 1,5 et 2 milliards de dollars, bien que la vente aurait été conclue. en attente plus tôt ce mois-ci en raison de l’épidémie de coronavirus. De nombreux acteurs financés par du capital-risque dépensent de l’argent et pourraient donc choisir une introduction en bourse plutôt qu’une vente dans les années à venir, a noté Ngai, citant Duolingo comme exemple possible. Le PDG de Duolingo, Luis von Ahn, a déclaré à CNBC en décembre que la société était sur la bonne voie pour entrer en bourse en 2021. La startup a récemment levé des fonds en décembre – un tour de financement de 30 millions de dollars de série F de Google GOOGL – la filiale d’investissement de la société mère Alphabet CapitalG qui a apporté le capital total levé à 138 millions de dollars et lui aurait donné une évaluation de 1,5 milliard de dollars. Mais, si ces entreprises ne peuvent pas sortir via les marchés publics ou lever de nouveaux financements, les acquisitions peuvent augmenter, a déclaré Ngai. Un acquéreur logique basé en Chine, selon Ngai, est ByteDance, une société de technologie évaluée à plus de 78 milliards de dollars, selon des articles de presse. ByteDance a formé Gogokid en 2018, une plate-forme d’apprentissage de l’anglais en ligne pour les enfants qui propose des cours particuliers avec des anglophones natifs. Mark Andress est rédacteur en chef à San Francisco pour Mergermarket et Dealreporter. Marlene Givant Star est la rédactrice en chef du secteur de New York pour les publications. Deb Balshem est une journaliste principale qui couvre plusieurs industries de Fort Lauderdale, en Floride.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *